L’instruction modélisée d’imposition en Afrique ou la supercherie d’une secte !

« Posez-vous à comprendre le fait que celles et ceux d’Afrique : qui d’époque à aujourd’hui, ont marqué et marquent de positif changement la vie des masses populaires africaines, soient des personnes, à l’instar des Sékou Touré, Patrice Lumumba, Thomas Sankara, et nombres inconnus, qui ne revendiquaient ou ne revendiquent guère une litanie de diplômes de format de pensée sous la coupe occidentale ? »

Ces asservis d’Afrique

Par la suite, cherchez à comprendre en quoi tous les sectaristes d’Afrique honorés de reconnaissance (diplômes) de la pensée sous domination et influence occidentale, ne s’adonnent qu’à reproduire le culte d’une messe qui ne fut et n’est pas conçu pour les sociétés africaines et dont au loin d’intérêts premiers de celles-ci…!!!! Enfin, si à la suite du lavage des cerveaux ils s’y reconnaissent sincèrement appartenir encore à l’environnement africain.

Instruction ne fait pas foi en Afrique

Enfin, comme l’intelligence est une qualité humaine et de loin fruit d’intellectualisme et d’instruction, de comparaison des faits d’Africains peu englués dans la secte de l’instruction occidentale d’avec les champions bradés de diplômes à qui échoient (d’un maléfique) la conduite actuelle de l’essor des sociétés africaines : la conclusion d’évidence est que l’instruction n’est pas gage de qualité et aptitude au service des nations. Et mieux, que l’excès de représentation de personnes instruites de la sorte, dans les artères de la construction africaine, est d’un constat, un patent piège pour les sociétés africaines qui ne sauront être conduite à novation ou se réinventer ou évoluer dans un bonheur défini par elles-mêmes.